En Mai : la Grèce

A La REcyclerie du mercredi 4 mai au jeudi 12 mai

Parce qu’un contexte économique dif cile fait naître des initiatives sur d’autres modes de production, à la REcyclerie on a décidé de s’intéresser à la Grèce. Entre une population qui cherche un projet de vie alternatif et des initiatives écologiques de proximité, les solutions affluent.

La REcyclerie mettra à l’honneur : la pratique du troc sous toutes ses formes, la prise en main de son quartier, le retour à la terre, un art de vivre optimiste et ensoleillé.

Les bonnes idées de la Grèce

LE TROC SOUS TOUTES SES FORMES

On assiste à un retour massif à l’économie de troc en Grèce. Ce mouvement fait partie des stratégies de survie de la population face à l’austérité qui lui est imposée, et cela prend plusieurs formes.

LE TROC DE TEMPS

Volos, port grec de 150.000 habitants, a vu naître son SEL – Système d’Échange local -, dès 2010. En précurseurs, ses fondateurs ont traduit en grec le logiciel Cyclos qui permet aux SEL de gérer leurs opérations d’échange à travers le monde.

A l’été 2011, les groupes de manifestants occupent le centre-ville. Les échanges fusent pour trouver des solutions alternatives à la crise que traverse le pays. Pourquoi ne pas créer une banque d’un autre genre, où l’on paierait non pas en euros mais en temps ? L’idée se met progressivement en place : ça donne Time Exchange et ça marche !

LE TROC DE VÉGÉTAUX

En Grèce, pour faire face à la cure d’austérité et à la baisse de leur pouvoir d’achat, les citoyens se sont retroussés les manches : agricultures urbaines, semences et circuits courts, beaucoup ont tout quitté pour se concentrer sur la production agricole et proposer des solutions pour sortir de la crise.

Cette transformation a vu naitre Peliti, un réseau national de préservation qui recense et diffuse des variétés de semences et donne ainsi la possibilité concrète à des milliers de personnes de cultiver. Ces graines libres de droits circulent et rendent indépendants les agriculteurs à l’égard des rmes semencières.

LA PRISE EN MAIN DE SON QUARTIER

Dès le début des années 2000, des assemblées de quartier sont apparues à Athènes, portant les principes de démocratie directe et d’autogestion. C’est le « Mouvement des places », très semblable au mouvement « Nuit debout » qui émerge à Paris ce printemps. Cela crée une dynamique : à chaque clôture nocturne de l’assemblée générale de la place Syntagma, un appel est lancé pour créer des assemblées dans chaque quartier, dans chaque lieu de travail, dans les facultés. La devise du peuple des places est devenue « prendre nos quartiers entre nos mains ». La solidarité se conjugue avec l’auto-organisation, et chaque quartier pratique une activité plutôt qu’une autre : échanges locaux, banques de temps, café autogéré, actions culturelles alternatives. Et tous ont organisé une cuisine collective.

LE RETOUR À LA TERRE

Un contexte économique dif cile fait naître ou consolide des initiatives sur d’autres modes de production. Et en Grèce, on assiste à un retour à la terre d’une nouvelle population plutôt jeune qui cherche un échappatoire économique et un projet de vie. Ces initiatives allient les aspects écologiques – agriculture biologique, permaculture – aux avantages économiques d’un changement de techniques de culture et d’élevage.

 

 

 









Partenaire principal