L’EFFONDREMENT : UNE OPPORTUNITÉ POUR BÂTIR UNE AUTRE SOCIÉTÉ ?

06/03/2019

La « collapsologie » met en garde sur les risques d’effondrement1 de la civilisation industrielle. Une théorie choc qui nous enjoint à penser – et à construire ! – un nouveau monde.

l'effondrement

Proposé par Socialter, ce débat – enregistré en public le lundi 5 mars 2019 à La REcyclerie (Paris) – invite à appréhender la collapsologie d’un point de vue constructif. En quoi les risques d’effondrement de notre société permettent-ils de repenser le système ? Dans un contexte de « crises convergentes », comment se réapproprier l’espace, le temps, et ainsi redéfinir notre rapport aux humains et aux non-humains ?

Une discussion en présence d’Agnès Sinaï, journaliste, fondatrice de l’Institut Momentum, de Fabrice Flipo, essayiste, chercheur à l’Université Paris Diderot, et de Damien Deville, géographe, anthropologue et président de l’association AYYA.

Décroître

« Plus nous consommons, plus le PIB augmente, plus le système s’étend. » Pour Fabrice Flipo, l’effondrement nous oblige à décroître et à dépasser le mythe de la croissance verte. Il préconise des solutions low tech pour réduire drastiquement les coûts. Une vision décroissante partagée par Agnès Sinaï qui propose, quant à elle, de réhabiliter la notion des limites. Son idée : instaurer une monnaie carbone afin de « plafonner, chaque année, une allocation globale d’énergie fossile pour l’ensemble des ménages. »

Changer notre rapport au temps et à l’existence

Agnès Sinaï souligne également l’importance de se projeter « dans une vision du temps non-linéaire, contrairement à la vision linéaire de la modernité. » En adoptant cette posture, la collapsologie permet « de changer de perspective, d’aller au-delà des mesurettes politiques. » Parallèlement, Damien Deville voit dans la théorie de l’effondrement l’opportunité de dépasser la dualité entre nature et culture ; entre le non-humain et l’humain. Comment ? Par la création d’un « récit fédérateur » autour de la transition écologique. Ainsi, « la clé de la collapsologie n’est pas de penser l’effondrement sur lui-même, mais de nous forcer à œuvrer pour la résilience, aujourd’hui. »

1 Selon l’approche de l’ancien ministre de l’Environnement Yves Cochet, l’effondrement est un processus à l’issue duquel les besoins de base – eau, alimentation, logement, habillement, énergie, mobilité, sécurité – ne sont plus fournis à une majorité de la population, par des services encadrés par la loi.

Pour aller plus loin

Pablo Servigne et Raphaël Stevens, Comment tout peut s’effondrer, Seuil, 2015

Socialter hors-série n°5, Et si tout s’effondrait ?

L’équipe

Programmation : Les Filles sur le Pont.

Animation du débat : Philippe Vion-Dury.

Montage son, rédaction : Simon Beyrand.

Sound design : JFF.

Photographie : Bernard Spragg.

Pour suivre ce podcast

S’abonner aux débats de La Recyclerie via RSS, Itunes/Apple podcast, Spotify, Stitcher, TuneIn

Les débats de La REcyclerie, la saison 1 en réécoute