LE MINIMALISME : MOINS DE BIENS, PLUS DE LIENS ?

23/04/2019

Le minimalisme est une démarche personnelle qui consiste à réduire – ses objets, ses besoins – avec joie. Cette discipline puise ses fondements chez les philosophes de l’Antiquité.

Le minimalisme

Retour sur ce débat enregistré en public le 15 avril 2019 à La REcyclerie, à Paris, avec Emmanuelle Veil, cofondatrice du Journal Minimal, Pierre Roubin, chroniqueur au Journal Minimal, et Jean-Baptiste Gourinat, directeur de recherche au CNRS et directeur du Centre Léon Robin.

Des philosophes stoïciens aux minimalistes contemporains

Le minimalisme remonte à la Grèce Antique, une époque où l’activité humaine ne menaçait pas les écosystèmes, mais où la pléonexie1 se répandait déjà. Un des premiers minimalistes était Diogène, nous dit Jean-Baptiste Gourinat : « son idéal était de vivre comme un chien, pratiquement sans objets, c’est pourquoi il habitait dans un tonneau et ne portait qu’un seul vêtement. » Deux millénaires et quelques siècles plus tard, Pierre Roubin, féru de philosophie, vit avec 43 objets. Une démarche « extrêmement plaisante et source de joie », lui permettant « de vivre avec peu », « de gagner du temps » et « de limiter son impact sur les ressources finies de notre planète. »

Selon la journaliste Emmanuelle Veil, le minimalisme contemporain est avant tout une approche culturelle ; un retour à l’essentiel en mesure de changer nos croyances :

« c’est une philosophie extrêmement pertinente pour s’en sortir face à la société de consommation qui nous rend malheureux et détruit la vie sur cette terre. »

Minimalisme et politique

« Combien le fait d’avoir beaucoup d’amis n’est-il pas plus utile que d’être entouré d’une grande maison ? » se demandait Musonius, le maître d’Épictète. Au-delà de leur volonté de tisser des liens humains, les philosophes stoïciens souhaitaient vivre en harmonie avec la nature. « [Selon eux] la loi de la nature est au-dessus de celle des états, il a donc une dimension politique », conclut Jean-Baptiste Gourinat. Aujourd’hui, le minimalisme s’inscrit en complément d’actions collectives engagées, affirment Pierre Roubin et Emmanuelle Veil : « car cela ne serait pas cohérent d’être radicalement écologiste [sur le plan politique] et de passer ses vacances aux Seychelles. »

Notes

1 « Notion Antique qui signifie vouloir toujours plus », Jean-Baptiste Gourinat.

Pour aller plus loin

Le Journal Minimal, 60 mesures de bon sens pour changer la France, 2017.

Jean-Baptiste Gourinat, Les stoïciens et l’âme, Vrin, 2017

Télès et Musonius, Prédication. Une partie de la version publiée en 1978 chez Vrin est disponible sur Google books.

Henry-David Thoreau, Walden ou la Vie dans les bois, 1854

L’équipe

Programmation : Les Filles sur le Pont.

Animation du débat, montage son, rédaction : Simon Beyrand.

Sound design : JFF.

Photographie : Neal Wellons.

Pour suivre ce podcast

S’abonner aux débats de La Recyclerie via RSS, Itunes/Apple podcast, Spotify, Stitcher, TuneIn

Les débats de La REcyclerie, la saison 1 en réécoute