VÉGÉTALISONS PARIS !

21/06/2019

Dans un contexte de crise climatique – crise doublée d’un effondrement de la biodiversité –, comment réintroduire de la nature, du vivant, de la fraîcheur, dans une ville-monde et minéralisée comme Paris ?

Végétalisons Paris

Retour sur ce débat enregistré en public le 17 juin 2019 à La REcyclerie, à Paris, avec Christine Aubry, ingénieure de recherche à l’INRA, Marion Journet de l’association Veni Verdi, et Pénélope Komitès, adjointe à la maire de Paris, chargée des espaces verts, de la nature, de la biodiversité, de l’agriculture urbaine et des affaires funéraires.

Aménager la ville pour y réintroduire de la nature

Avec plus de 20 000 habitants au km2 (selon l’INSEE), Paris est l’une des villes les plus densément peuplées d’Europe. La végétalisation est donc primordiale pour le bien-être des Parisiens. « Aujourd’hui, analyse Christine Aubry, on observe un très fort besoin : celui d’avoir plus d’accès à de la nature et à de l’agriculture, au sein même de la ville. »

Pour répondre à cette attente comme à la double problématique d’extinction de la biodiversité et de bouleversement climatique – Météo France prévoit  5 °C supplémentaires en moyenne dans la capitale en été, à l’horizon 2071-2100 – Pénélope Komitès avance le concept de ville résiliente. Selon l’adjointe d’Anne Hidalgo, « nous sommes à un moment clé de totale métamorphose de l’espace urbain. La ville résiliente doit à la fois répondre aux enjeux définis par la COP21, et aux grands enjeux humains comme l’accueil des réfugiés. » Vaste programme dont se réjouit Marion Journet, pour qui la priorité est de « protéger les sols afin de reconquérir la faune et la flore dans la ville. »

Déployer l’agriculture urbaine avec les citoyens

Pour cela, Veni Verdi fait de pari de l’agriculture urbaine dans sa version « low-tech », « créatrice d’emplois » et « génératrice de lien social » – l’association a notamment mis en place des potagers dans des collèges parisiens classés en Zones d’éducation prioritaire. Cette dimension éducative est également essentielle pour Christine Aubry. « Dans les grandes villes, nous sommes en général éloignés de la dernière génération d’agriculteur dans nos familles. La compréhension de ce qu’est un cycle cultural, de comment vit une poule, tout cela est très important. »

« Allez-y, osez ! C’est aussi aux Parisiens de nous faire partager leurs envies », s’enthousiasme Pénélope Komitès en référence au permis de végétaliser. « Je rêve que des gens proposent d’enlever cinq centimètres de bitume d’un trottoir pour planter des roses trémières. »

Ce mandat d’Anne Hidalgo (d’avril 2014 à mars 2020) aura finalement permis « de créer, dans Paris, plus de 30 nouveaux parcs et jardins, de planter 20 000 arbres, et de mettre en place une trentaine d’hectares d’agriculture urbaine sur les toits. » Des efforts qui porteront leurs fruits ?

Pour aller plus loin

vegetalisons.paris.fr

L’agriculture urbaine en question : épiphénomène ou révolution lente ? Dialogue entre Christine Aubry et Jean-Noël Consalès. Cairn.info.

Le rôle des arbres dans notre écosystème. Débat à La REcyclerie avec Alain Canet, Stéphane Hallaire et Marc-André Selosse.

L’équipe

Programmation : Les Filles sur le Pont.

Animation du débat, montage son, rédaction : Simon Beyrand.

Sound design : JFF.

Photographie : Rue de la Colonie n°71 et 73, Paris 13e. © Mbzt / Wikimedia Commons.

Pour suivre ce podcast

S’abonner aux débats de La Recyclerie via RSS, Itunes/Apple podcast, Spotify, Stitcher, TuneIn

Les débats de La REcyclerie, la saison 1 en réécoute